Les agents de sécurité ne sont pas des vigiles

Publié le 26/04/2012

  • Les agents de sécurité ne sont pas des vigiles


Très largement employé par les médias pour désigner le métier d’agent de sécurité, le mot vigile (emprunté au latin vigil) signifie littéralement « veilleur de nuit ».

Les vigiles font leur première apparition dans l’histoire sous la Rome antique. Ces soldats étaient à la fois chargés des missions de pompier et de police au sein de la cité. Parfois brutaux, ils n’étaient pas toujours appréciés des citoyens. Bien qu’elle subsiste encore dans le monde moderne, cette connotation négative du terme vigile ne correspond bien évidemment plus aux réalités de la profession d’agent de sécurité.


Qu’est-ce qu’un agent de sécurité ?

Selon la définition française (Loi n° 83-629 du 12 juillet 1983 réglementant les activités privées de sécurité), l’agent de sécurité a pour missions la surveillance de biens meubles ou immeubles ainsi que la protection de l’intégrité physique des personnes qui se trouvent en ces lieux.

Comment devenir agent de sécurité ?

Pour exercer le métier d’agent de sécurité, vous devez posséder une carte professionnelle (délivrée par la préfecture) qui est le gage de votre moralité et de votre aptitude professionnelle à exercer ce métier.

L’aptitude professionnelle résulte soit de votre expérience dans ce métier soit de la possession d’un Certificat de qualification professionnelle d’agent de prévention et de sécurité (CQP APS) ou d’un titre équivalent reconnu par l'Union européenne.

Pour obtenir ce certificat de qualification professionnelle d’agent de sécurité, vous devez suivre une formation obligatoire de 70 heures.

 

Les agents de sécurité sont aujourd’hui des professionnels, disposant des qualités et savoir-faire nécessaires pour répondre aux différents besoins de sécurité des entreprises ou des particuliers (agent de sécurité incendie, agent de sécurité cynophile, sûreté aéroportuaire, sécurité mobile, etc.)


Déjà encadrée par une législation spécifique, la profession est désormais dotée d’un Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS), opérationnel depuis janvier 2012.